Le travesti lesbien et ses complexités

travesti francais lesbien blog

Parlons peu, parlons trav’ ! Il faut bien dire qu’une grande partie des travestis sont des hétérosexuels qui jouissent de venir tâtonner cette frontière du genre.  Tenter de se parer de cette supériorité féminine dans l’esthétisme. Il s’agit d’un travestissement à part entière, dit « lesbien » et différent du sissy bisexuel forcé.

Le travelo : un besoin de s’auto-dénigrer

Dans les phases d’excitation, le travelo peut avoir besoin de se faire humilier ou de provoquer cette humiliation. Hétérosexuel et chef d’entreprise le jour, il trouve sa jouissance dans le fait d’être un looser pathétique la nuit. Ce que les Anglais appellent « faggot » ou « stooge », c’est-à-dire cet esclave sexuel qui tente maladroitement de faire la lopette pour son propre plaisir ou pour jouir du fait de se montrer en spectacle (ou pour le feeling).

Une sexualité souvent privé

Il est constaté que la majorité des travestis de ce type vivent une sexualité solitaire, le sissy solo n’est pas demandeur d’une réassignation sexuelle, il vit sa sexualité marginale de manière satisfaite. De surcroît, cela permet d’éviter une certaine « schyzophrénie » ou « clivage » du tran post-opératoire qui va au bout de sa logique folle.

homme en string

Une logique qui, de surcroît, a tendance à être non productive puisque justement, ce qui excite les clients d’escort transsexuels, ce sont bien leurs phallus associés à un travestissement.

La caricature comme coït

Ce qui provoque la jouissance chez le travelo hétéro qui va se transformer en femmelette, c’est bien le fait d’imiter au mieux et de manière caricaturale la posture féminine d’allumeuse, de trompeuse, de tricheuse. Le sissy est souvent habillé de manière provocante, comme une pute soumise, se peigne les cheveux et adopte des cambrures extrêmes pour montrer à quel point il serait disposé à devenir une vide-couille à part entière.

Une posture hétérosexuelle à double logique

Alors que l’homo va être attiré par un être du même sexe, le travesti lesbien va adopter une posture purement hétérosexuelle puisqu’il n’aura des rapports que « hétéro-normé ». Il peut être cet homme qui fait l’amour à sa femme puis devenir cette pute de sissy travesti se faisant défoncer par un beau black le lendemain. Dans les deux cas il s’agit d’une relation hétéro, la première fois car c’est un mec, la deuxième car c’est une travestie femelle qui cherche à se faire féconder par un homme noir.

caption travesti

Attention, en tant que site de transexuelle/travesti, nous évoquons là un type bien précis de lopette : il s’agit du travesti dit lesbien, d’orientation hétérosexuelle venant assouvir ces pulsions en affichant un maniérisme absolument exagéré pour imiter la bimbo siliconée bien superficielle. D’ailleurs, les tubes pornos « bimbo sissy » ou « sissy training » s’adressent exactement à ce type de trav’ hétéro qui aiment jouer avec le flou.

Son idéal de couple rejoint généralement le sacher-masochisme et la recherche d’une femme complice et surtout égale. Pour parvenir à cette égalité difficile à trouver, il lui faut des espaces de domination et des espaces de soumission afin de trouver un équilibre homéostatique. Cet équilibre se retrouve généralement dans le fonctionnement classique des sociétés, la femme sera plutôt dominante au foyer et l’homme sera plutôt dominant dans la vie sociale. Cela pour mieux rejeter toutes valeurs et attitudes de rivalités « réelles ». Il aime devenir la copine de sa copine pour augmenter ce sentiment d’égalité. La passerelle peut d’ailleurs se faire dans de nombreux cas par des triolismes bisexuels ou du candaulisme, avant de se faire défoncer en gang bang habillé en lope devant les yeux ahuris de sa femme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *